Route des Nazaris

Route des Nazaris

LoadingAjouter aux Mon Granada

Cette route est consacrée à la dynastie Nazari, qui créa et dirigea le dernier État d’al-Andalus, dont la trajectoire procura, en plus d’innombrables événements d’ordre politique ou de guerre, des réalisations artistiques et culturelles aussi grandioses que l’Alhambra.

Le parcours relie Jaén et Granada, et inaugure le tiers final de la Route, qui arrive à travers le côté méridional de Sierra, jusqu’à Cambil et Huelma. A partir d’ici, l’itinéraire change de province et pénètre dans la région des Monts Orientaux de Granada à travers Guadahortuna et les rives de sa rivière qui s’écoule vers l’est. Le plateau continue de Guadahortuna vers Píñar et Iznalloz, où il est interrompu par la vallée de la rivière Cubillas et la ligne montagneuse de Sierra Arana, avec ses caractéristiques gouffres et grottes, un promontoire que dépasse les 2.000 mètres et prédit les reliefs du massif de Sierra Nevada.

Près de sa fin, le chemin s’adapte au lit de la rivière Cubillas, et glisse jusqu’à trouver la Plaine fertile, avec ses peupleraies et terres irrigables, et atteindre les dernières étapes de la Route : Albolote, Maracena et Granada. Derrière, comme toile de fond, se dresse l’impressionnant massif, Sierra Nevada, le sommet de la Péninsule, couronné par les 3.482 mètres du pic Mulhacén.

C’est un itinéraire qui parle des vicissitudes de deux villages avec un constant affrontement d’idées, croyances et coutumes, mais aussi avec un continu processus d’échanges humaines et épiques. Il parle aussi de la naissance ce qui a été appelé une culture de frontières.

LOCALITÉS DE LA ROUTE

Navas de Tolosa, La Carolina, Baños de la Encina, Bailén, Mengíbar, Andújar, Arjona, Porcuna, Torredonjimeno, Martos, Torredelcampo, Linares, Úbeda, Baeza, Jódar, Jimena, Mancha Real, Jaén, La Guardia, Cambil, Huelma, Guadahortuna, Píñar, Iznalloz, Deifontes, Albolote, Maracena and Granada.

DISTANCES

Environ 275 kms.

PAYSAGE

Le paysage auquel nous rapproche cette route se caractérise par la diversité. De Sierra Morena à la Chaîne Penibética, en passant par la Plaine Fertile de la rivière Guadalquivir on se penche aux proximités du point le plus haut de la Péninsule Ibérique. Ainsi, les vallées, fertiles, les pâturages et les terres de culture se mêlent aux contrées rocheuses et aux hautes montagnes.

Sur votre parcours vous trouverez des espaces naturels comme la Sierra de Andújar, Despeñaperros ou Sierra Mágina, puis des sources et fontaines sont les eaux ont des propriétés minérales reconnues. C’est un paysage qui héberge une riche flore et faune, avec des espèces comme les sangliers, les aigles, les vautours, les chênes verts et rouvres, puis les fourrés de romarin, lavande papillon et ciste.

ARCHITECTURE

À cause de son passé médiéval, marqué par des luttes continues entre chrétiens et musulmans, cette zone est parsemée de châteaux. Leurs fonctions de défense et surveillance étaient complétés par celles d’entrepôt d’aliments ou de prison. On peut trouver de nombreux châteaux: Porcuna, Úbeda, Jimena, Píñar, Baños de la Encina, Jódar…

On doit aussi distinguer le baroquisme auquel arriva l’art hispano – musulman pendant son étape nazari. L’exemple le plus emblématique de cette période est sans doute est l’Alhambra de Granada, faite construire par Muhammad I. On y distingue ses cours et jardins, puis ses arcs en ogive et lobulés, ses colonnes, ses voûtes décorées avec des nids de cailloux… Tout ceci de beauté et raffinement exquis.

ARTISANAT

Le passé médiéval de cette zone à laissé sa trace aux manufactures et articles artisanaux. Grâce à la chasse, très enracinée dans cette zone, a proliféré la pratique de la sellerie et la taxidermie. Avec les plantes des rives des rivières on fabrique des chaises fait avec des massettes à feuilles étroites, des travaux en osier et en alfa. Au Moyen Âge on fabriquait avec ces plantes des cabas pour le ramassage et pressage des olives. L’industrie textile est également présente à travers le crochet ou les dentelles aux fuseaux, avec une forte tradition. L’industrie de la céramique et de la poterie est remarquable à Andújar. Finalement, la forge se distingue à l’atelier de fabrication de cloches de bronze de Torredonjimeno.

FÊTES

Dans ces villages, les traditions chrétienne et païenne se mêlent au moment de la fête. Beaucoup de ces festivités sont célébrées le long de l’année. Au printemps on distingue la foire du bétail et les pèlerinages qui emplissent de joie ces villages. La festivité de San Antón et San Isidro est célébrée avec un jour dans la campagne par la plupart de ces localités. On distingue le pèlerinage de la Virgen de la Cabeza à Andújar, Las Cruces à Mengíbar et Granada, la fête de Maures et Chrétiens (Moros y Cristianos) à Iznalloz, la commémoration de la fondation de La Carolina et de la victoire à la Bataille de Bailén. On doit également faire mention, inévitablement, aux célébrations de Pâques dans tous les villages de la route.

Les rendez-vous musicaux se donnent à Úbeda avec le Festival de Musique et Danse de Úbeda, puis à Porcuna ave la Pipirrana Flamenca.

GASTRONOMIE

Parmi ses matières premières on distingue l’olive. Produit de l’olivier, l’olive, avant le repas des plus humbles, est aujourd’hui, farcie ou assaisonnée, un apéritif qui ne manque jamais aux tables de ces villages. De même, l’huile d’olive vierge extra, est très apprécié aux cuisines de tout le monde et est devenu une matière indispensable dans tous les plats.

 



Login

Registro | Contraseña perdida?