Route de Washington Irving

Route de Washington Irving

LoadingAjouter aux Mon Granada

Washington Irving fut le prototype pur du voyageur romantique qui passa la plupart de sa vie en parcourant l’Europe, et qui finit, naturellement, par être attiré par “l’exotisme” qu’offrait alors l’Espagne, où il fut ambassadeur des États Unis entre 1842 et 1846. D’origine écossaise, Washington Irving réalisa en 1829, entre les villes de Séville et Granada, un voyage identique à celui que vous – même pouvez réaliser. Fasciné par la richesse de la civilisation arabe en Espagne, le périple porta comme fruits son  ‘Histoire de la Conquête de Granada (Historia de la Conquista de Granada), puis, trois ans plus tard, ses célèbres ‘Contes de l’Alhambra’ (Cuentos de la Alhambra), où il raconte plusieurs légendes grenadines : sur Boabdil, un astrologue arabe et la Tour des Infantas, parmi d’autres.

Un chemin réel qui s’établit, pour la première fois, une voie commerciale, entre les règnes de Granada et Castille après le Traité de 1244, pour que les nazaris, en temps de paix, puisse se ravitailler aux terres chrétiennes de certains produits de subsistance. Cette route est marquée, donc, par un caractère nettement frontalier.

La richesse et variété de lieux de cet itinéraire grenadin, détermine une grande diversité d’aspects d’intérêt pour le voyageur, tels que la gastronomie (basée sur la richesse agricole de ses potagers, développées depuis l’époque andalousi), l’artisanat (riche et varié, héritage de la puissante activité corporative depuis le Moyen Âge), les courses, les fêtes (qui montrent certaines des plus génuines facettes de l’Andalousie traditionnelle, qui fascinera, par son authenticité et pittoresque, les plus romantiques), le de la nature ou le  cante flamenco. Loja, Montefrío et d’autres municipalités possèdent des monuments surprenants qui, en plus, doivent une bonne partie de leurs vestiges à l’héritage árabe.

LOCALITÉS DE LA ROUTE

Séville, Alcalá de Guadaíra, Carmona, Marchena, Écija, Osuna, Estepa, La Roda de Andalucía, Fuente de Piedra, Humilladero, Mollina, Antequera, Archidona, Loja, Huétor Tájar, Moraleda de Zafayona, Alhama de Granada, Montefrío, Íllora, Fuentevaqueros, Chauchina, Santa Fe et Granada.

DISTANCES

Environ 350 Km.

PAYSAGE

La Route de Washington Irving parcoure son chemin de Séville à Granada parmi les vallées fluviales des rivières Guadalquivir et Genil, qui sont flanquées par les montagnes qui forment le Massif Sub-bétique.

C’est un terrain formé par des champs de culture et d’importants enclaves naturels tels que la lagune de La Ratosa, La Sierra de Parapanda, les sierras calcaires de Chimeneas et de Cabra, ou la Lagune de la Salada, qui est en plus réserve naturelle.

Ce paysage est complété par un importante végétation de montagne basse méditerranéenne, avec des espèces telles que l’olivier sauvage, le ciste ou le chêne kermès, et une grande diversité de faune sauvage avec des lièvres, des mangoustes, des couleuvres, des merles, des pouillots, des faucons, des buses et des vautours – fauve, parmi d’autres.

ARCHITECTURE

Les constructions développées le long de ce territoire sont une sélection d’architecture hispano – musulmane: des oeuvres mudéjares, baroques et d’architecture populaire. Parmi les échantillons d’art musulman on distingue la Giralda et l’Alcázar de Séville, l’Alhambra de Granada, puis les nombreux châteaux, forteresses, bains et mosquées que nos trouvons entre ces deux villes. C’est le cas d’Alcalá de Guadaíra, Antequera, Loja, Archidona et Alhama de Granada. Quant à l’art mudéjar et baroque la route possède de beaux exemples aux églises avec des tours qui rappèlent les minarets musulmans, puis les temples d’épaisse décoration, les palais, les bâtiments publics, etc.

Plus tard surgit une architecture populaire où se fusionnent les traditions musulmanes, mudéjars et baroques. C’est une architecture simple et noble, qui est présente aux constructions urbaines, aux exploitations agricoles et fermes.

ARTISANAT

C’est une des valeurs les plus importantes de cette route. De Séville à Granada, en passant par chacun des villages de l’itinéraire, on trouve d’importants centres artisans.

À Séville on distingue la céramique des potiers du quartier de Triana, la sellerie, la forge, le verre. L’artisanat dérivé de fêtes de Pâques et autres festivités est très important, ainsi comme la reliure et fabrication d’instruments de musique.

À Carmona, Écija, Marchena et Osuna se distinguent les ateliers d’ébénisterie, fabrication et restauration de meubles d’époque et tilburys. À Antequera on trouve la taille de la pierre et du bois, la céramique, les travaux du métal et des textiles. finalement, à Granada, qui constitue un important foyer artisan, se distingue la céramique de Fajalauza, les damasquinages, l’orfèvrerie et la bijouterie, la forge artistique, les pièces en cuir, les repoussages en cuir, puis la réalisation d’instruments en corde.

FÊTES

Le calendrier festif des terres de Séville, Granada et Málaga démarre au mois de janvier et février avec les fêtes de la Candelaria et le Carnaval. Le passage au printemps est marqué par les fêtes de Pâques avec les impressionnantes processions qui se déroulent dans les villes de Séville à Écija et d’Antequera à Granada. Au mois de mais arrivent les pèlerinages champêtres et les Cruces de Mayo (Croix de Mai). Puis en juin, et pour marquer le début de l’été, la festivité de Saint Jean (San Juan). Pendant toute cette saison, de juillet jusqu’en septembre, se déroulent de nombreuses foires de bétail, grandes foires et festivals musicaux.

GASTRONOMIE

Cette route propose au visiteur une succulente offre gastronomique, grâce à la richesse de matières premières qui forment ses plats.

On doit distinguer que, étant donnée l’influence méditerranéenne de la zone, les céréales, la vigne et l’olivier étaient la base de l’alimentation, c’est pourquoi tout le log de la route se distinguent le pain, le vin et les olives. On ne trouve aucun village où le pain ne soit pas remarquable, spécialement à Alcalá de Guadaíra et Antequera. Ainsi, les olives de table et l’huile vierge accompagnent et assaisonnent les meilleurs repas. Et, finalement, se trouve le vin, dans toutes ses formes, par le système d’élevage d’Aljarafe, avec appellation d’origine de Vinos de Málaga ou les ‘vins du terrain’ (vinos del terreno) d’Alhama de Granada. Tous ces produits sont accompagnés avec ceux cultivés aux potagers et ceux qui proviennent de l’élevage et de la chasse.

Les plats traditionnels se mêlent, surtout dans les grandes villes, avec la cuisine de nouveau style. Cette cuisine traditionnelle offre des plats tels que des potages, des marmites, des ragoûts de légumes, des gazpachos, des porras, des salmorejos, des soupes froides, la charcuterie, les viandes séchées et les viandes de porc, de bovin, l’agneau, le chevreau et le gibier.

La Pâtisserie est très importante dans la cuisine de Séville, Granada et Málaga, avec les spécialités de chaque village de la route : les piononos de Santa Fe, les gâteaux sablés (polvorones) d’Estepa, les tourtes d’Écija… On doit distinguer la merveilleuse pâtisserie artisanale des couvents claustraux.

 



Login

Registro | Contraseña perdida?