Aux entrailles de El Manar

Aux entrailles de El Manar

LoadingAjouter aux Mon Granada

La localité d’Órgiva, une enclave singulière pour les amateurs du tourisme rural, compte avec des monuments historiques tels que l’Église Paroissiale (Iglesia Parroquial), le Palais des Comtes de Sástago et l’ermitage de San Sebastián.

@@@La Montagne de El Manar, à Padul, possède de nombreux belvédères privilégiés pour admirer la Sierra Nevada et la Vallée de Lecrín. Parmi eux, la Cruz de la Atalaya, un balcon sur la commune et son entourage.### Au long de la promenade on passe à gué plusieurs refuges pour les bergers où l’on garde des vieux oreillers et des couvertures à leur disposition. Des pentes escarpées, des pierres éparpillées sur le sentier et des renards timides sont d’autres atouts du parcours.

 
À TENIR EN COMPTE:

 

Comment s’y rendre  Sortir de la quatre voie à Motril dans la déviation de Padul-Otívar, direction de Padul. À ce point on arrive sur la route nationale N-323 jusqu’au lotissement Valle del Puntal. Le parcours commence au sentier situé à coté d’un réservoir d’eau et d’une centrale électrique.
Information  On peut aller à la Silleta de Padul (4 heures) ou a la Cruz de la Atalaya (45 minutes).
Conseil Commencer la promenade en première heure du matin. À partir de midi, les sentiers de la Montagne de El Manar sont seulement traversés par les cigales, qui fournissent leur son monotone à l’excursion

Aux entrailles de El Manar
Le parcours commence dans le lotissement « Valle del Puntal », juste à coté du réservoir d’eau qui se trouve tout près de la montagne. À partir de ce point on commence à longer le Précipice de las Rajas, l’ancien cours d’un fleuve qui jadis creusa les rochers. C’est les premiers pas et les premières pentes arrivent, terrain prédominant dans la première partie de la promenade. Pour ne pas risquer de se perdre il faut regarder par terre : de temps en temps une croix peinte sur une pierre témoigne que le voyageur suit la bonne route.

 

Le chemin rentre dans le précipice, le traverse et continue à s’enfoncer en lui après une petite pente. Après un certain temps on arrive à un croisement : le chemin vers la gauche traverse le précipice et celui vers la droite monte. On prend celui à gauche et on suit une ascension dans laquelle, par moments, on a besoin d’une canne à cause des terres glissantes que l’on retrouve.

 

Après quelques quinze minutes de trajet, une croix peinte sur le rocher signale la déviation vers la droite qui mène ver la Cruz de la Atalaya.

 

Une autre option est de continuer dans le sentier et se diriger vers la Silleta de Padul. Si on manque de croix sur les rochers, le fait de se retrouver face à face avec un pin de cinq troncs très, fameux parmi les routards qui visitent les lieux, sera un signe manifeste d’être sur le bon chemin. Plus tard on arrive au Port des Têtes de Mort (Puerto de las Calaveras), endroit à partir duquel on arrive sur une piste forestière. On prend le chemin à droite jusqu’à retrouver un abreuvoir, où le sentier se divise en deux, et on prend le chemin à gauche. Si on continue à monter le marcheur se retrouvera face à une maison blanche. À nouveau le chemin à droite nous conduit vers la Silleta de Padul, que l’on peut voir. Une fois arrivé à cette destination le promeneur sera à  1.524 mètres d’altitude et aura la Montagne de El Manar à ses pieds. Pour faire l’aller-retour il faut compter quatre heures.

 

On peut aussi arriver au même endroit grâce à une autre route et avec un autre moyen de transport : la voiture. Sur la route nationale 323, à coté de « Prefabricados La Romera », surgit un sentier qui pénètre dans la Montagne de el Manar. Si on choisit cette option et la voiture possède la climatisation on peut commencer la promenade plus tard. Il n’y a pas non plus des problèmes d’orientation et il suffit de suivre la confortable et large route.

 

La troisième option, la Cruz de la Atalaya, est les parcours plus confortable et offre des vues privilégiées sur la Vallée de Lecrín. Ici, la pente est plus douce et le thym et le romarin des prairies sont aliment et assaisonnement pour les lapins, si nombreux, qui sautent partout dans les lieux.

 

Avec plus d’ordre marchent les chèvres qui laissent trace sur le chemin et dans les chaussures des promeneurs. En fait, dans la promenade on longe quelques refuges pour les bergers, avec des oreillers et des couvertures à leur disposition. La faune : des renards timides qui se cachent dans les broussailles dès qu’ils aperçoivent les étrangers.

 

Après 45 minutes d’ascension on arrive à la Cruz de la Atalaya (La Croix de la Tour de Guet). Ici on peut vérifier que le nom de l’emplacement n’est pas mineur. Une grande croix reçoit le visiteur dans cet endroit magnifique. La promenade finit ici et c’est le moment de profiter des superbes vues. La Vallée de Lecrín ressemble à une miniature et les eaux de la Lagune de Padul réverbèrent par moments. Il s’agit d’un endroit parsemé de petites lagunes et de nombreux ruisseaux qui versent ses eaux dans des canaux d’irrigation, appelés dans la région « madres » (mères). De nos jours, malgré la réduction de la superficie marécageuse, l’importance de ce terrain humide est énorme, car c’est le seul entièrement naturel de la province de Grenade où l’on retrouve grand nombre d’espèces d’oiseaux. En total 75 sont cataloguées, et sont aussi incluses celles qui se reposent ici lors de leur migration. Parmi les espèces que l’on peut retrouver pendant toute l’année il y a les fochas, les gallinetas, les hérons cendrés et les petits hérons. Et on peut tout voir à vue d’oiseau depuis la Cruz de la Atalaya.

 
DELTAPLANE
Un paradis pour les « oiseaux avec des ailes en toile »
La Montagne de El Manar appartient au Parc Naturel de Sierra Nevada et possède différents endroits très favorables pour la pratique du deltaplane et le parapente. On accède à travers de la route nationale N-323 à la hauteur de Prefabricados La Romera. La dénivellation est de 1.000 mètres et le décollage et atterrissage ne sont pas un problème si on ne s’approche pas trop du versant pendant le vol –il faut prévenir car du coté sud se trouve la quatre voies de Grenade-Motril-.

 

Dans la région de las Turberas de Padul on trouve différentes pistes d’atterrissage bien balisées pour les amants du parapente. En été, en plus des oiseaux typiques de la région, le ciel de El Manar s’inonde de ces « oiseaux avec des ailes en toile ».

MIDE

    • The route and its orientation
    • Well-defined tracks and crossings
    • Indicates the effort required
    • Over 1 hour and up to 3 hours (2+1) of effective walking
    • Indicates the harshness of the terrain
    • More than one risk factor
    • Indicates the difficulty of the walk
    • Walk on paths with steps or irregular surfaces

Sites à visiter



Login

Registro | Contraseña perdida?