Spécialités de Granada

Pâtisserie

reposteria
Le miel, le sucre, l’amande et les épices sont les ingrédients indispensables dans la pâtisserie de Granada. Malgré la claire influence arabe, paradoxalement, ce sont les pâtes élaborées par les religieuses dans les couvents de clôture celles qui ont acquiert la plus forte renommée. Les Piononos , des petites galettes qui apparemment reçoivent leur nom du Pape Pieux IX, valent en elles-mêmes une visite à Santa Fe. Les oeufs mol des soeurs de San Antón ou les galettes aux amandes des Tomasas sont un véritable délice pour les sens. Nous ne devons non plus manquer l’occasion de goûter les sirop des Commandeuses de Santiago et du Monastère de San Jerónimo, les biscuits au jaune d’oeuf de San Bernardo del Císter, les huesos de santo (dessert aux amandes), les hojarascas de Isabel la Real , etc. Les friandises restant après les fêtes de Noël sont utilisées pour élaborer la gourmande cuajada de carnaval, présentée sur la typique céramique de Fajalauza. Au mois de septembre, pour célébrer la festivité de la Virgen de las Angustias, patronne de Granada, on mange en famille de grandes galettes fourrées de cheveu d’ange ou de crème.

L’influence juive a également laissé sa trace dans la pâtisserie de Granada. Dans les aljamas on élaborait des biscuits aux raisins secs, des hojuelas frites ou des sirops, qui combinaient le miel et le sucre. Beaucoup de ces recettes, conservées par les communautés séfardies, puis d’autres d’origine mozarabe et mudéjar, se perpétuent jusqu’arriver à la culture chrétienne.

La pâtisserie de La Alpujarra , d’origine musulmane, offre des desserts authentiques, originaux et de saveur incomparable, tels que les majaos de Murtas, le pain de figue de Turón, les borrachillos de Pampaneira, les beignets au chocolat de Lanjarón, les peñascos de Bérchules ou les biscuits et la citrouille douce de Cádiar, Ugíjar et Válor . Ces desserts combinent avec maîtrise la farine, le sucre, le miel, les oeufs, les amandes et d’autres ingrédients tels que les fruits ou les fruits secs.

L’Altiplano compte avec une pâtisserie traditionnelle formée de pâtes feuilletées, des galettes d’huile, des galettes de beurre et moût, des chaussons de cheveu d’ange et des gimblettes au vin. Ces délices sont normalement servis accompagnées des liqueurs de la zone, telles que la mistela ou le chumichurri .

Guadix et El Marquesado permettent de déguster le populaire tocinillo (Sorte de flan) de Guadix, les oeufs nevaos (Neigés), les gimblettes au vin de Cortes et Graena, ou le lait frit de Campotéjar, pour citer quelques uns des nombreux produits typiques de la pâtisserie de la zone.

Au Poniente Granadino on trouve une plus forte influence musulmane. La preuve y sont les gimblettes et les huesos de santo de Loja ou les friandises “divines”élaborées par les Soeurs Clarisses d’Alhama de Granada ( bienmesabe , tocinillos de cielo , gimblettes au vin, alfajores , galettes…).

La Côte Tropicale fut un des enclaves où les arabes introduirent la canne à sucre au VIIIème siècle, fait reflété par sa pâtisserie avec un clair ascendant mauresque. Parmi les différents produits traditionnels de la zone on distingue la Torta Real de Motril, faite avec du biscuit, de la meringue et des amandes; la Cazuela de San Juan , faite de citrouille très épicée; la Torta de Al-Hajú, de plus en plus rare; la Cazuela Mohína d’Almuñécar; ou les pestiños de Vélez de Benaudalla.

Pour finir avec ces douces recommandations, nous ne pouvons pas oublier la pâtisserie traditionnelle de Sierra Nevada, où se distinguent les pestiños et les gimblettes de Cájar, les papaviejos de Cenes de la Vega , ou les huesos de santo de Monachil.



Login

Registro | Contraseña perdida?