La Taha

Information touristiqueHistoireGastronomie

La Taha est une des municipalités de l’Alpujarra qui conserve dans ses domaines le plus grand nombre de villages habités. Elle comprend sept des dix centre urbains qui sont toujours debout dans le territoire de l’ancienne Taha de Ferreyra, auquel on accède à travers une des contrées historiques les plus singulières de la zone: Le Ravin du Sang (Barranco de la Sangre), appelé ainsi puisqu’il fut le scénario, pendant la Guerre des Alpujarras, d’une bataille sanglante.

Las tahas ou taás étaient les divisions administratives qui divisaient le territoire de l’Alpujarra pendant son époque islamique. C’est la seule municipalité qui a conservé jusqu’à l’actualité son ancienne dénomination. Bien que le Dictionnaire de la Real Academia de la Lengua Española recueille comme forme correcte d’écriture le mot ‘taha’, le village est connu comme une dérivation aiguë du mot arabe.

Chemins réels, citernes, ponts, moulins et canaux forment le patrimoine de cette localité qui compte aussi avec des châtaigniers millénaires, des sentiers sylvestres, des fontaines ‘hantées’, de vieilles légendes encore vivantes et des ruisseaux orangés…

Parmi ses centres urbains, Pitres a eu, historiquement, la responsabilité municipale.  Le village possède une des places les plus amples et mieux boisées de la région, que certains auteurs datent de l’époque romaine. La sournoiserie de ses habitants est proverbiale et reconnue. Ils pensèrent même, dans certaines occasions,  de demander au gouverneur local la concession d’un port de mer. Cette extravagante sollicitude –Pitres se trouve à une certaine altitude sur le niveau de la Méditerranée – servit à ses auteurs  le surnom de barbares qui, au lieu de le prendre du mauvais côté, les habitants ont institué un amusant et absurde programme de fêtes, pendant lesquelles ils ‘plantent’ des sardines aux terrasses et les arrosent pour qu’elles poussent grosses et juteuses.

Sur le versant qui descend vers Trevélez se trouve Mecina Fondales, où se distingue un ancien lavoir public qui conserve les traces de sa modeste monumentalité. Mais le plus intéressant de cette localité il faut le chercher à Fondales, où Gerald Brenan fixa sa résidence d’été. Une courte descente à pied vers la rivière donne l’occasion de contempler les restes d’un vieux moulin arabe, considéré de son temps comme une des oeuvres les plus représentatives de l’architecture médiévale de la zone.

Ferreirola conserve une église et plusieurs fontaines. Capileirilla, avec ses 1.380 mètres sur le niveau de la mer, est le village le plus élevé de la municipalité, et on y conserve les restes d’un temple wisigoth du VIIIe siècle.

Finalement, Atalbéitar, le village le plus oriental de la municipalité, est un des établissements les plus modernes de la région, puisqu’il manque d’antécédents précédents à l’époque musulmane. C’est aussi un des endroits les plus paisibles, beaux et fertiles.

Le territoire qu’occupe actuellement la dite La Taha, sur le versant sud de Sierra Nevada, possède une considérable dénivellation qui va des 600 aux 2.400 mètres d’altitude. Ses origines se remontent, possiblement, à l’époque des romains, mais ce fut avec les arabes qu’elle joua un rôle protagoniste. Elle se dégrada à cause de l’expulsion des mauresques et fut repeuplée par les colons chrétiens. Au début ce fut La Taha de Ferreira, mais sa composition se dénatura lors de sa remise en seigneurie au Gran Capitán. La naissance de certains de ses actuels centres urbains se produisit déjà en plein XVIe siècle. Le long des siècles suivantes, Pitres commence à jouer un rôle important, jusqu’au point de changer son nom par celui de La Taha de Pitres. Plus tard, on ne l’appellera que La Taha.

Dans cette municipalité on cuisine et élabore des migas, charcuteries et jambons. Les châtaignes grillées, arrosées avec le vin de la zone, sont un autre plat typique. Parmi les sucreries on distingue les papaviejos.

Recherche sur la carte

Information de la Ville

Region: Alpujarra et Valle de Lecrín
Poblaciones del municipio: Pitres, Mecina Fondales, Ferreirola, Capilerilla, Atalbéitar
Code postal: 18414
Distance de Granada: 79
Population: 769
Demonym: Bárbaros o pitreños
Site officiel: www.lataha.es

PLANEA TU VIAJE

Filtrer par:

Chisco de San Antón

La Taha

À La Tahá, chacun des sept centres urbains célèbre ses propres fêtes, la plupart en été. La fête du Chisco de San Antón est la seule célébrée par tous les habitants des sept villages ensemble, le 16 janvier de chaque [...]

Chisco de San Antón

La Taha

À La Tahá, chacun des sept centres urbains célèbre ses propres fêtes, la plupart en été. La fête du Chisco de San Antón est la seule célébrée par tous les habitants des sept villages ensemble, le 16 janvier de chaque [...]



Login

Registro | Contraseña perdida?