Arbres Avec Histoire

Ginkgo Biloba. Jardin botanique de Grenade

LoadingAjouter aux Mon Granada

Le fossile vivant qui inspira la poétesse

Il n’est pas surprenant que la poétesse Elena Martín Vivaldi, étonnée, ait dédié un poème au ginkgo biloba du Jardin Botanique de Grenade. Cet exemplaire est l’envie du reste d’arbres du bois qui, nus et malingres vers la fin de l’automne, doivent supporter la vision exubérante du feuillage doré que le Ginko luit encore.

Un arbre. Bien. Jaune/ d’automne. Et splendide / il s’ouvre au ciel, avide / de plus de lumière. Il crie son éclat / vers le jardin. Et simple / libre, sa couleur se renverse / devant le bleu.

Jusqu’aux années soixante, ce ginkgo planté en 1889, fut le seul existant à Grenade. Aujourd’hui, la base de sons tronc tourne autour d’un mètre de diamètre et la hauteur dépasse, largement, le bâtiment contigu de la Faculté de Droit. Ce qui attira à Martín Vivaldi vers cet arbre, en plus de sa beauté, fut le l’auréole de mystère oriental qui entoure cette espèce.

Les botaniques José Tito et Manuel Casares, qui ont récemment restauré le Jardin Botanique de Grenade, considèrent cet arbre comme un ‘fossile vivant’. Ses parents les plus lointains proliféraient au Paléozoïque, cent millions d’années avant l’extinction des dinosaures. Au cours du temps, ces arbres commencèrent à disparaître et il a possiblement, à différence d’autres êtres vivants, grâce aux soins de l’homme qui, en Orient, considère cet arbre sacré depuis le IXe siècle.

Les ginkgos sont originaires de la Chine. Pour l’occident, ils furent découverts en 1690 au Japon, où ils sont abondants dans les temples. C’est pourquoi en Europe ils furent connus comme les ‘arbres des pagodes’. Ils furent importés comme arbres ornementaux. Leurs feuilles sont caduques et divisées en lobes qui rappellent les  éventails. Leur fruit, blanchâtre et de la taille d’une cerise, est légèrement toxique et se décompose rapidement en produisant une odeur nauséabonde semblable au beurre rance. Tout ceci n’empêcha pas aux poètes orientaux, cependant, de les qualifier comme ‘abricotiers d’argent’. Chaque fruit enferme une graine semblable à la pistache, très appréciée en Orient où on la connaît comme ‘noix de ginkgo’.

Ils n’arrivèrent en Espagne que jusqu’à la fin du XIXe siècle. Ils furent plantés aux jardins botaniques comme des raretés végétales. Aujourd’hui on conserve des exemplaires notables tels que ceux de Madrid, Monforte (Valence) et à l’ancien jardin botanique de Málaga. Le ginkgo de Grenade est un des plus anciens d’Espagne et était le seul de la province, jusqu’à la plantation d’un autre à la Faculté de Pharmacie puis d’une rangée au Parc García Lorca.

Renseignements

Region: Grenade et son entourage
Ville: Granada
Si vous êtes le propriétaire de cet établissement, vous pouvez vous connecter et de modifier votre contenu.


Login

Registro | Contraseña perdida?