Flamenco

Styles de chant de flamenco

Pour ceux qui ne sont pas initiés dans l’art flamenco, le palo est le nom coloquial des styles du flamenco. Au total, on compte près de quarante palos, dont on distingue huit à Grenade. Il faut d’abord être clair, et dire que de nombreux palos ont une partie de chant et une partie de danse, bien que tous les chants ne soient pas dansables. Par la suite, on explique les palos ou styles les plus caractéristiques de Grenade.

Alboreá
La alboreá est un chant assez commun pour toute l’Andalousie et possède une forte tradition pour les artistes grenadins. Elle provient des gitans. De fait, c’est une mélodie propre du rituel nuptial gitan. Les paroles de la alboreá fait généralement référence à la virginité de la jeune mariée. En tant que danse, le compas est semblable à celui des soleás primitives, très mimiques.
Granaína
La granaína est un style flamenco créé par Antonio Chacón. Son exécution est libre et accompagnée par une guitare en si à cause de sa haute tessiture. Ce style appartient au groupe des chants du Levant et il se structure à partir du fandango.
Lorqueña
Un chant très semblable à la lorqueña, à cause de sa nature, est la sérénade. Tous les deux contiennent la figure de l’amoureux qui se dirige à la fenêtre de son aimée pour lui chanter des notes d’amour. Dans ce cas, sous un style flamenco et de façon individuelle, sans aucun accompagnement. Il ne s’agit pas d’un palo en soi – même, puis qu’elle est liée à la bulería. García Lorca créa un ensemble de chansons d’air flamenco qui plus tard furent interprétées par ‘La Argentinita’.
Media granaína
Ce palo fut également conçu par Antonio Chacón , de même que la granaína. De fait, ils sont très semblables, bien que la media granaína possède une interprétation plus compliquée, étant donné que la conclusion s’allonge plus qu’à la granaína.
Roa
La roa est très liée à la zambra. Tous les deux sont des styles très représentatifs du quartier du Sacromonte. C’est un chant originaire de l’ethnie gitane. Elle est mise en scène avec un groupe de personnes des deux sexes, en format un cercle, qui tourne au rythme du chant et du tambour de basque. La roa possède généralement une thématique de caractère religieux.
Saeta
La saeta est un autre palo commun à toutes les provinces andalouses. Il est typique des fêtes de Pâques, chanté aux images qui défilent en procession. La saeta est une forme vive d’expression des andalous, et fait toujours référence à la passion de Jésus Christ. En ce moment, la voix exprime la douleur intérieure dans le chant, plus jondo que jamais. Pour connaître l’origine de ce mot, il faut remonter au XVIIIème siècle, mais comme chant du peuple, il apparaît vers 1840. Le premier qui interpréta une saeta fut Enrique ‘el Mellizo’.
Zambra
Comme zambra on connaît et le palo et le lieu où se déroulent les spectacles flamencos du Sacromonte, généralement des grottes. La zambra est une danse intégrée par trois autres danses: la alboreá, la cachucha et la mosca, qui correspondent à trois moments ponctuels d’un mariage gitan. La zambra se caractérise par un chant assez monotone, ce qui dénote son style primitif. Au moment d’être recréée, la zambra s’exécute comme s’il s’agissait d’un rite, très racial: les bailaoras (danseuses) s’exaltent avec une sensation semblable à une fièvre, qui les possède tandis qu’elles dansent sur elles-mêmes.
Zorongo
Ce palo fut très reconnu pendant le XVIIIème et le XIXème siècle. Il provient d’une danse afro – américaine adaptée par les gitans au début du siècle passé, en lui donnant un style si flamenco qu’il est devenu un style propre de beaucoup de bailaores et guitaristes. Il est interprété au son des guitares, des vihuelas (sorte de luth) et tambours de basque. Au zorongo il y a un fort mouvement convulsif et, bien qu’il soit typique de la région andalouse, dans les zambras il se situe comme une des danses les plus authentiques.


Login

Registro | Contraseña perdida?